ISA Secretary-General joins high-level commemorative meeting of the General Assembly to mark the 40th anniversary of the adoption of UNCLOS

S-G UNGA April 2022
PRESS RELEASE

On 29 April 2022, the Secretary-General of the International Seabed Authority (ISA), H.E. Mr. Michael W. Lodge, joined Members of the United Nations and senior representatives of the United Nations Secretariat, the International Court of Justice, the International Tribunal for the Law of the Sea and the Commission on the Limits of the Continental Shelf to celebrate the 40th anniversary of the adoption of the United Nations Convention on the Law of the Sea (UNCLOS).

Secretary-General Lodge was invited to deliver a statement to the Members of the United Nations by H.E. Mr. Abdulla Shahid, President of the General Assembly. In his address, Mr. Lodge recalled the importance of UNCLOS in the establishment of peace and order in the world’s oceans and the fundamental role of international cooperation in support of the equitable and efficient utilization of the ocean’s resources to achieve the economic and social advancement of all peoples of the world.

Reflecting on the many achievements of UNCLOS, Secretary-General Lodge highlighted the success of the legal regime for the deep seabed beyond national jurisdiction – the Area – as a concrete example of how the international community has been able to come together to ensure sound and careful management of global public goods for the benefit of humanity as a whole. “The deep seabed, covering 54 percent of the global ocean, is the only example that we have of a global commons that has been set aside to be managed internationally for the common good,” he said.

“The regime for the deep seabed lies at the heart of the entire system of global ocean governance under UNCLOS. It is its backbone and its essence. It provides us with a central platform for trade-offs between States based on consensus building. Without ISA, we could easily have seen rampant unrestrained exploitation of the deep seabed and appropriation of its resources for the benefit of only a few,” he added.

Secretary-General Lodge further underscored the role of the precautionary approach in the implementation of this legal regime and the functioning of the organs of ISA as well as the elements of transparency and equity characterizing the sophisticated and balanced legal regime that has developed progressively, open to equal participation by developed and developing States and which is already making a meaningful contribution to 12 of the 17 Sustainable Development Goals.

“Forty years later, we know much more and much better how important it is to ensure that all activities undertaken in the ocean be carried out with care and applying a precautionary approach. We also know that we are becoming more and more reliant on the ocean, particularly developing States whose rights to access ocean resources should be respected and even strengthened.”

Looking ahead, the ISA Secretary-General outlined some of the key challenges faced by UNCLOS today and the central importance for States Parties to work collectively to preserve the fragile balance of rights and obligations embedded in UNCLOS. He called on Members of the United Nations to work towards the full and effective implementation of provisions of UNCLOS as well as the strengthening of the institutions established under it.

“UNCLOS is a dynamic treaty, it can adapt to the new challenges of our time. It is flexible and remarkably modern. For that reason, it is essential that States Parties remain vigilant to ensure that all provisions of UNCLOS are implemented effectively and that the institutions mandated for this purpose are supported (...). That is our responsibility and our legacy,” Secretary-General Lodge concluded.

The written version of the Secretary-General’s Statement is accessible here: https://isa.org.jm/files/documents/EN/SG-Stats/Statement_40th_anniversary_of_the_adoption_of_UNCLOS.pdf

 

For enquiries, please contact:

Ms. Stefanie Neno, Communications Specialist, ISA, sneno@isa.org.jm

 

*****

Le Secrétaire général de l’AIFM se joint à la réunion commémorative de haut niveau de l’Assemblée générale pour marquer le 40e anniversaire de l’adoption de la CNUDM

Le 29 avril 2022, le Secrétaire général de l’Autorité internationale des fonds marins (AIFM), SEM Michael W. Lodge, s’est joint aux membres des Nations Unies et aux hauts représentants du Secrétariat des Nations Unies, de la Cour internationale de Justice, du Tribunal international du droit de la mer et la Commission des limites du plateau continental pour célébrer le 40e anniversaire de l’adoption de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM).

Le Secrétaire général Lodge a été invité à faire une déclaration aux Membres de l’Organisation des Nations Unies par SEM Abdulla Shahid, Président de l’Assemblée générale. Dans son allocution, M. Lodge a rappelé l’importance de la CNUDM pour la paix et l’ordre dans les océans du monde et le rôle fondamental de la coopération internationale à l’appui de l’utilisation équitable et efficace des ressources de l’océan pour réaliser le progrès économique et social de tous les peuples du monde.

Évoquant les nombreuses réalisations de la CNUDM, le Secrétaire général Lodge a souligné le succès du régime juridique des grands fonds marins au-delà de la juridiction nationale – la Zone – comme un exemple concret de la façon dont la communauté internationale a pu se rassembler pour assurer une gestion des biens publics mondiaux au profit de l’humanité tout entière. « Les fonds marins profonds, qui couvrent 54 % de l’océan mondial, sont le seul exemple que nous ayons d’un bien commun mondial qui a été mis de côté pour être géré au niveau international pour le bien commun, » il a dit.

« Le régime des grands fonds marins est au cœur de tout le système de gouvernance mondiale des océans au titre de la CNUDM. C’est épine dorsale et son essence. Il offre aux États une plate-forme centrale pour procéder aux arbitrages nécessaires avec pour fondement   la recherche d’un consensus. Sans l’AIFM, nous aurions pu facilement assister à une exploitation effrénée des fonds marins et à l’appropriation de leurs ressources au profit de quelques-uns seulement », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général Lodge a en outre souligné le rôle de l’approche de précaution dans la mise en œuvre de ce régime juridique et le fonctionnement des organes de l’AIFM ainsi que les éléments de transparence et d’équité caractérisant le régime juridique sophistiqué et équilibré qui s’est progressivement développé, ouvert à participation égale des États développés et en développement et qui apporte déjà une contribution significative à 12 des 17 objectifs de développement durable.

« Quarante ans plus tard, nous savons beaucoup plus et beaucoup mieux à quel point il est important de veiller à ce que toutes les activités entreprises dans l’océan soient menées avec soin et en appliquant une approche de précaution. Nous savons également que nous devenons de plus en plus dépendants de l’océan, en particulier des États en développement dont les droits d’accès aux ressources océaniques doivent être respectés et même renforcés. »

Se tournant vers l’avenir, le Secrétaire général de l’AIFM a souligné certains des principaux défis auxquels est confrontée la CNUDM aujourd’hui et l’importance cruciale pour les États parties de travailler collectivement pour préserver le fragile équilibre des droits et des obligations inscrit dans la CNUDM. Il a appelé les Membres des Nations Unies à œuvrer à la mise en œuvre intégrale et effective des dispositions de la CNUDM ainsi qu’au renforcement des institutions créées en vertu de celle-ci.

« La CNUDM est un traité dynamique, il peut s’adapter aux nouveaux défis de notre temps. Il est flexible et remarquablement moderne. Pour cette raison, il est essentiel que les États parties restent vigilants pour s’assurer que toutes les dispositions de la CNUDM sont effectivement mises en œuvre et que les institutions mandatées à cet effet soient renforcées (...). C’est notre responsabilité et notre héritage à tous », a conclu le Secrétaire général Lodge.

La version écrite de la déclaration du Secrétaire général est accessible ici : https://isa.org.jm/files/documents/EN/SG-Stats/Statement_40th_anniversary_of_the_adoption_of_UNCLOS.pdf.

Informations aux médias :

Mme Stefanie Neno, Spécialiste des communications, AIFM, sneno@isa.org.jm